Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Stimulation cellulaire

Introduction

Existe-t-il un bouquin intitulé La stimulation cellulaire par mécanotransduction pour les nuls ? Non ? Alors, je devrai vous fournir quelques informations de base. Régulièrement, des femmes et des hommes me questionnent sur cette pratique. Pas étonnant étant donné que je propose depuis des années à ma clientèle d’employer cette technique relativement inconnue lors de soins visages et corps.

La stimulation cellulaire et la mécanotransduction

Grosso modo, la stimulation cellulaire permet de réactiver en profondeur l’activité cellulaire endormie en stimulant mécaniquement la peau (mécanotransduction) de manière indolore et non invasive. Ses nombreux champs d’application regroupent la santé, la beauté et le bien-être. La stimulation cellulaire répond aux objectifs beauté-antiâge de toutes les peaux (en perte de densité, affaissée, fine et ridée…) tout en s’adaptant aux contours du visage (ovale, yeux, lèvres…) et aux zones cutanées (front, pommettes, joues, cou et décolleté). Ce traitement est administré à l’aide d’un appareil spécialisé multifonctions et convient aussi bien aux femmes qu’aux hommes.

La mécanotransduction (stretch cellulaire, massage tissulaire profond) est une stimulation mécanique réalisée à la surface de la peau qui adresse un signal en profondeur aux cellules cibles, les fibroblastes. Ce signal réactive la production de collagène et d’élastine par les fibroblastes. La mécanotransduction exerce des actions mécaniques d’étirement sur les cellules du corps humain et de leur environnement conjonctif. Ces mouvements d’assouplissement influencent et stimulent l’activité cellulaire pour en optimiser les fonctionnalités et les échanges. Il s’agit d’activer naturellement les fonctions cellulaires du corps, de les entraîner à rester plus jeunes plus longtemps et à fournir à notre organisme les éléments essentiels à son équilibre. Le mécanisme d’action implique l’augmentation de la production de collagène et de l’élastine, l’amélioration de la néovascularisation, de l’élasticité, de la fermeté, du teint et de l’éclat cutané.

Les fibroblastes

Les fibroblastes sont les cellules du derme responsables de la sécrétion des fibres d’élastine et de collagène ainsi que des glycosaminoglycanes qui forment la matrice de soutien du derme. Ils sont insérés dans la matrice fibreuse et restent liés au réseau de fibres qu’ils produisent. Avec l’âge, les fribroblastes, en plus de voir leur nombre diminuer, sont également moins productifs, ce qui entraîne une baisse de macromolécules de la matrice intercellulaire. Le tissu de soutien est donc moins dense et a tendance à s’affaisser.

À chacun sa machine !

La technique de stimulation cellulaire par mécanotransduction n’est pas nouvelle. Par contre, les appareils que l’on retrouve sur le marché et qui sont utilisés par les professionnels de la santé et de la beauté ont connu des progrès technologiques significatifs au fil de la dernière décennie. Clinique dermessence a opté pour la biotechnologie LiveFlux : un appareil thérapeutique performant, 100 % naturel, 100 % non invasif, et qui permet de traiter dans le respect de l’intégrité de la peau. En savoir plus sur le LiveFlux

Existe-t-il d’autres techniques pour générer du collagène et de l’élastine ?

« Parmi les méthodes qui stimulent la production de nouveau collagène, la préférence est donnée aujourd’hui aux méthodes naturelles, mécaniques. En effet, il a été démontré que l’étirement mécanique d’un fibroblaste stimulait la production de collagène nouveau et d’élastine. Ce mécanisme a été nommé mécanotransduction. Il existe d’autres façons de stimuler la production de collagène par effet thermique ou chimique. En effet, une élévation thermique des fibroblastes ou l’injection de substances chimiques agressives permettent, à l’instar d’une cicatrice, de stimuler la production de collagène. Mais il s’agit de collagène cicatriciel ; la qualité des tissus concernés est mauvaise. L’utilisation répétée de telles méthodes peut conduire à des phénomènes de fibrose qui, à la longue, nuira à l’élasticité et la souplesse des tissus. » Dr Philippe Blanchemaison

Carole Senécal, bioesthéticienne



Dans la même catégorie

Conception Web Lotus Marketing | TOUS DROITS RÉSERVÉS @ 2022 CLINIQUE DERMESSENCE